En souvenir du punk

Après une autobiographie publiée l’année dernière aux États-Unis, les Beastie Boys continuent de célébrer leur héritage avec un documentaire pour les 25 ans de Ill Communication.

Juillet 1989. Les Beastie Boys (Mike D, MCA et Ad-Rock) viennent de sortir Paul’s Boutique, un grand disque de rap, celui, dit-on, qui contient le plus de samples de l’histoire. Le groupe a rendez-vous avec l’équipe « street » (« rue ») de sa maison de disques. L’objectif : s’assurer de la circulation de l’album dans les quartiers, ce que chez Capitol Records on appelle le SAP, « Street Awareness Program ». Le groupe écoute patiemment la proposition qui lui est faite : organiser un clash avec MC Hammer, figure phare de ce que l’on considère alors comme du rap facile, « mainstream ». Les bad boys blancs contre le Noir bien élevé. Les Beastie sont incrédules. « Nous n’avons rien contre lui. »

Fin de la discussion. Le morceau des Beastie Boys anti-Hammer ne verra bien sûr jamais le jour, mais la maison de disques se désintéresse d’un album pourtant annoncé comme le « Sgt. Pepper du rap ». Le public ne suit pas non plus. Le groupe est déçu. Il faut trouver une idée pour rebondir, et celle-ci sera complètement à contre-courant. Pour leur album suivant, les Beastie Boys louent un vaste studio où, pendant des mois, ils reprennent leurs instruments. Mike D est à la batterie, MCA à la basse et Ad-Rock à la guitare. Là, entre de longues séances d’écoute de disques sous une épaisse fumée de cigarettes (et pas que), ils enregistrent toutes les répétitions et renouent avec leur héritage punk et hardcore.

Le punk, c’est effectivement de là qu’ils viennent, et leur histoire est celle d’un groupe d’adolescents de New York qui jouaient au CBGB et autres institutions punks de la ville avant de tomber en adoration pour la musique du Bronx, du fin fond de Brooklyn et de Harlem : le hip-hop. Une histoire new-yorkaise en somme. Et l’autobiographie des Beastie Boys – un récit passionnant publié en anglais l’an dernier – comprend un magnifique texte de Luc Sante qui rappelle comment les sons de la ville, à une époque où les transistors étaient partout, formaient la plus exhaustive des compilations. Avec leur troisième disque, Check Your Head, ils mélangent les héritages et trouvent les boucles et les samples à partir de l’improvisation.

Il reste 48% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents