La puissance du homard

Tribune. Samuel Churin, comédien, membre de la Coordination des intermittents et précaires, s'étonne qu’un homard pèse plus lourd que la mise en place d’une politique néfaste.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


François de Rugy démissionne pour avoir notamment financé avec des fonds publics des dîners privés bien fournis en homards et grands crus. La faute est incontestable et il aurait dû s’en aller dès les premières révélations de Mediapart. Ses larmes de crocodile sur fond d’intolérance alimentaire au micro de Jean-Jacques Bourdin n’y changent rien.

Ceci étant dit, il est tout de même effrayant de constater qu’un homard pèse plus lourd que la mise en place d’une politique néfaste, toxique, qui tous les jours transfère des fonds publics vers le privé, saccage les services publics, attaque les libertés d’expression et de manifestation, appauvrit de manière inédite les plus précaires au profit des plus riches, fragilise l’avenir de millions de lycéens, particulièrement ceux issus de milieux modestes, cède aux lobbys au détriment de l’écologie, appauvrit le secteur culturel, permet de blesser gravement, d’éborgner et même de mentir sur la disparition d’un jeune homme à Nantes.

Rendons-nous compte :

• Le homard pèse plus que l’avenir de millions de travailleurs fragilisés par la loi El Khomri. Plus de six mois de manifestations, plusieurs millions de personnes dans la rue, et l’ex-ministre du Travail a été au bout de son mandat.

• Le homard pèse plus que les millions de chômeurs, et parmi eux les plus pauvres de tous, qui verront leur quotidien tragiquement appauvri par les annonces de Muriel Pénicaud et d’Édouard Philippe.

• Le homard pèse plus que les milliers de bavures policières cautionnées par le sinistre Castaner.

• Le homard pèse plus que le saccage des services publics accompagné notamment par Agnès Buzyn, ministre de la Santé, à commencer par les hôpitaux et leurs services d’urgences aux abois, leurs personnels confrontés à des situations similaires aux zones de guerre (je les cite), la Sécurité sociale qui continue de dérembourser des médicaments vitaux, opérant un transfert de fonds vers les mutuelles privées, etc.

• Le homard pèse plus que tous ces élèves de milieux modestes ou « défavorisés » qui, avec la nouvelle réforme, auront encore moins de chance de s’en sortir. Blanquer, à l’Éducation nationale, mène une politique favorisant honteusement la reproduction sociale.

• Le homard pèse plus que la politique menée par François de Rugy, guidée par les lobbys au détriment de l’écologie.

• Enfin, le homard pèse plus que la thatchérisation de la France menée par Macron, plus que la destruction systématique des avancées pour lesquelles nos ancêtres se sont battus.

Vous l’aurez compris, la liste est très longue. Le homard est une goutte d’eau dans l’océan du désastre. Et pourtant ! Aucune démission, aucune protestation de cette ampleur n’a été constatée sur les dernières réformes. Continuons à être choqués par le homard, mais n’oublions pas de nous battre pour que toutes celles et ceux qui voudraient y goûter puissent le faire.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents