Les nouvelles frontières du goût

Ingrédients retrouvés, autres terroirs, modes, technologie… Les codes gastronomiques explosent dans une société qui ne se refuse rien. Un déploiement hédoniste où le végétal revendique une part de lion.

Patrick Piro  • 24 juillet 2019 abonné·es
Les nouvelles frontières du goût
©photo : Au Culina Hortus, Adrien Zedda a déjà proposé plus de 200 plats 100 % végétariens. crédit : JEFF PACHOUD/AFP

Jamais une époque n’avait mis autant de passion dans l’assiette, autant concocté de concepts gastronomiques et de tendances alimentaires. Aux États-Unis, la moitié des 80 millions de millennials (génération née entre 1980 et 2000) se reconnaît « foodie » – cuisinomane. Les chercheurs du Food 2.0 lab, qui « pense l’alimentation de demain », y détectent une nouvelle « pop culture », agrégeant autour de la nourriture des critères gustatifs, nutritifs, esthétiques, diététiques, etc. Ça buzze de partout, pour une table des quais de Copenhague, une nouvelle racine « anti-âge », une « foodista » aux 2,4 millions d’abonnés.

Sur Instagram, le mot-dièse #foodporn approche les 210 millions d’images. La porno­graphie culinaire (pas d’âge requis pour mater), ce sont des photos de mets exacerbant l’incitation à s’en délecter (ou non), dans une mise en scène

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)