Le médecin malgré eux

Dans Terminal Sud, Rabah Ameur-Zaïmeche met en scène un climat d’oppression dans un pays indéterminé, entre l’Algérie et la France.

T erminal Sud n’est pas la suite de Bled Number One, le deuxième film de Rabah Ameur-Zaïmeche, réalisé en 2006, mais il y puise son origine. Bled Number One évoquait les années noires en Algérie, montrait un climat de violence dû essentiellement aux islamistes. Ce qui, du point de vue des représentations politiques, simplifiait considérablement les enjeux. Terminal Sud, son sixième long métrage, contient beaucoup plus de nuances et de complexité.

La première séquence montre un bus arrêté à un barrage par des hommes en tenue paramilitaire. Les voyageurs sont détroussés et un jeune militaire qui se trouve parmi eux est enlevé. Nul ne sait qui sont ces hommes imposant leur loi, de quel côté ils sont, à quel clan ils appartiennent. On découvrira ensuite que les forces de l’ordre officielles sont inexistantes et que ces bandes armées, parfois opposées entre elles, font régner la terreur dans le pays.

Il reste 77% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents