Pauline Ferrari, 24 ans, journaliste pigiste

« Personne ne nous encourage. Ça n’est pas ce que j’imaginais du métier. »

J_’ai grandi dans un village près de Toulouse. Mes parents n’ont pas fait beaucoup d’études, alors que moi, si. » Sciences Po, master de journalisme, puis Pauline Ferrari monte à Paris pour entrer dans la vie active avec un stage de six mois dans la production audiovisuelle, payé 550 euros. « J’ai mis trois mois pour trouver un appartement : personne ne voulait de mon dossier. J’ai fini par emménager dans un studio insalubre pour 650 euros. Mes parents m’aidaient un peu. »_ Une fois le stage terminé,…

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents