Jean Echenoz : « Je me pose surtout des questions de forme »

Dans Vie de Gérard Fulmard, histoire de pouvoir et de passions, la langue de Jean Echenoz fait merveille. Il en détaille ici quelques caractéristiques.

Depuis Envoyée spéciale, en 2016 (1), Jean Echenoz est fermement revenu à la fiction débridée et aux délices du roman de genre revu et arrangé. Vie de Gérard Fulmard entraîne son lecteur dans les aventures d’un petit parti politique improbable – encore que la réalité nous montre qu’en termes de personnel politique le pied nickelé est devenu tendance… La Fédération populaire indépendante est un minuscule panier de crabes avec lequel se compromet Gérard Fulmard, l’anti-héros de cette histoire et narrateur…

Il reste 96% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents