Retraite, statut : Macron fait feu de tout bois contre les enseignants

En échange d'une compensation des pertes que leur occasionnerait la réforme des retraites, le gouvernement veut revoir le statut des enseignants. Un marché que dénonce Francis Daspe.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La réforme des retraites constitue à l’évidence une des dispositions majeures de l’offensive néo-libérale incarnée par le prétendu nouveau monde du Président Macron. Elle est actuellement à l’œuvre, suscitant un fort rejet populaire. Un autre angle de ces attaques d’ampleur est la destruction du code du travail. La loi El Khomri de 2016 (qu’il est toujours bon de rappeler qu’elle aurait dû se nommer loi Macron sans les concurrences pré-présidentielles qui opposaient l’ancien ministre de l’économie à la fois au président François Hollande et au premier ministre Manuel Valls) et la loi Travail de 2017 promulguée dès l’élection présidentielle terminée en sont une illustration éclairante.

Pour les enseignants, ce qui fait office de code du travail, ce sont les statuts des personnels. Ils sont dans la ligne de mire de la majorité macronienne, comme ils le furent avec constance lors des quinquennats précédents, de Jacques Chirac à François Hollande en passant par Nicolas Sarkozy. Convenons d’un sens avéré de l’opportunisme du ministre Blanquer en la matière : l’occasion des retraites fait le larron. Pour le ministre de l’éducation nationale, il y eut d’abord une lettre adressée aux enseignants le 3 décembre, qui fut perçue à juste titre comme injurieuse et mensongère. Elle a sans aucun doute contribué à intensifier la colère et la mobilisation. Il était proposé sans vergogne aux enseignants un marché perdant et perdant. Il s’agissait de faire feu de tout bois à l’encontre des enseignants jugés bien trop récalcitrants.

Les enseignants sont parmi les catégories qui auront le plus à perdre de la réforme des retraites. La lettre ministérielle l’avouait même clairement, davantage qu’à demi-mot. Des salaires nettement inférieurs aux qualifications, surtout en début de carrière désormais pris en compte pour le calcul de la valeur du point, un gel du point d’indice quasiment sans discontinuer depuis une dizaine d’années, une absence quasiment générale de primes, des perspectives de compensations salariales indigentes à la fois sur le montant et sur la proportion des personnels concernés : tout concourt à administrer de sérieux coups de rabot aux futures pensions des enseignants.

Mais dans les pistes ministérielles l’indigence le disputait aussi à l’indécence. Les quelques concessions relevant davantage du champ de la charité condescendante s’accompagnaient de contreparties résonant comme du chantage. Déjà perdants avec l’architecture générale de la réforme des retraites, les enseignants le seraient plus radicalement via les dommages collatéraux provoqués par la remise en cause des statuts selon le principe « travailler beaucoup plus pour perdre un peu moins que beaucoup ». Ce qui laisse beaucoup de marge pour perdre de manière significative. Les vieilles lunes depuis le temps de Claude Allègre sont convoquées dans ce marché de dupes : instauration brutale du « new management public », annualisation du temps de travail, extension des missions imposées au mépris des qualifications, logique de l’individualisation etc. Aux antipodes de la prétendue la revalorisation du métier pour les enseignants du XXI° siècle, véritable supercherie, c’est en définitive transformer le professeur en pompier à tout faire, au moindre coût, et surtout sans vagues.

La question du statut est un copié / collé de la nature profonde de la réforme des retraites, à la fois systémique et paramétrique. Et à chaque fois pour le pire. La casse du statut des enseignants équivaut à une rupture systémique : c’est indiscutablement un autre métier qui s’imposerait alors aux professeurs. Elle conduirait également de manière mécanique à un alourdissement des conditions d’exercice au quotidien, c’est-à-dire à une autre rupture de nature constamment paramétrique. C’est une façon de tenir les deux bouts de l’entreprise de destruction visée par le Président des riches s’évertuant à casser méthodiquement les uns après les autres les cadres du pacte républicain et social qui relie encore les citoyens entre eux dans un contexte d’atomisation et de dislocation de la société.

Pour les enseignants, à mesure que se dévoilent et s’accumulent sans retenue mensonges et chantages, l’école de la confiance promise l’an passé s’éloigne irrémédiablement et définitivement. Pour les naïfs qui auraient pu y croire un instant, le divorce est prononcé. Cette majorité et ce ministre ne sont plus en capacité d’impulser des politiques conformes à l’intérêt général dans l’éducation nationale.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents