Retraites : Et maintenant, la guerre de positions

À l’Assemblée, la majorité devra affronter une opposition plus remontée que jamais, alors que la CFDT cherche à se démarquer de son ralliement d’hier. Le mouvement social, lui, reste mobilisé.

Quatre jours, pour achever la destruction-reconstruction d’un pilier de la Sécurité sociale. C’est la mission impossible qui était confiée à la commission spéciale de l’Assemblée nationale pour les retraites, le 3 janvier. La semaine de prolongation et les débords sur les week-ends n’y changeront probablement rien, vu l’ampleur de ce double projet de loi, la quantité d’interrogations qu’il continue de soulever et la stratégie de guérilla que la gauche a déployée – fait inédit – dès la phase de commission.…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Dîtes 33 !

Avec Politis accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.