« On sait qu’on va être contaminés, mais on ne sait pas quand »

Série #lesdéconfinés sur Politis.fr. Le monde est en pause, mais eux continuent de s’activer. En ces temps d’épidémie, découvrez ceux qui ne sont pas confinés. Aujourd’hui Camille*, policier.

Politis.fr  • 21 mars 2020
Partager :
« On sait qu’on va être contaminés, mais on ne sait pas quand »
© Photo d'illustration: Estelle Ruiz / NurPhoto/AFP

J’étais au commissariat, jeudi soir, quand le Président a tenu son allocution. Comme tous les Français, on était scotchés devant ses annonces. Mais pour une simple raison : en amont, nous n’avions reçu absolument aucune information. Pas d’ordre, pas de consigne, zéro prérogative. On apprenait phrase après phrase ce qui allait se passer trois jours plus tard, sans que notre hiérarchie nous ait tenus au courant. On apprenait donc qu’il y allait avoir un confinement mardi prochain. C’était surréaliste.

Trois jours sont passés sans qu’on obtienne une quelconque information supplémentaire sur des changements d’organisation ou des protocoles à faire respecter. Ce n’est que dimanche après-midi, soit moins de 48 heures avant le début du confinement, qu’on a reçu cette recommandation : il faut faire de la pédagogie, informer la population et ne pas la verbaliser. Voilà. Depuis ce jour-là, nous n’avons toujours pas reçu de nouveaux moyens de protection. Dans mon commissariat, on était en rupture de stock dès jeudi. La consigne, c’est donc d’économiser les masques au maximum.

Cette situation crée de la tension entre collègues. Rendez-vous compte : on intervient en urgence sur une mission (violences, vol, viol, car oui, les crimes et les délits continuent même en période de confinement, et nous sommes les seuls à pouvoir nous en occuper), et avant de gérer la situation, on doit demander à l’auteur et à la victime s’ils ont de la fièvre, si oui, à combien, s’ils toussent, s’ils sont fébriles et à partir de là, on décide d’aller chercher un masque à la voiture et de revenir. C’est impossible. Surtout qu’il peut y avoir des porteurs asymptomatiques !

On doit déjà faire attention à nous et à l’équipe qui intervient dans un foyer sensible en composant le 17 – un numéro qui correspond à une situation de danger –, et on nous demande en plus de faire attention à cela… Alors quand je décide de porter un des seuls masques dont on dispose, je peux me faire réprimander par mes chefs de brigade qui me disent : « Mais putain, t’en as utilisé un et si nous, on en a vraiment besoin ? » À chaque intervention, on se dit : « Est-ce qu’il tousse assez ? Est-ce qu’il a assez de fièvre pour que je puisse porter un masque ? » Alors quand on entend notre « grand patron », Christophe Castaner, dire jeudi matin que nous, les agents de police, nous ne sommes pas « en risque », et que le risque, « c’est plutôt de mal porter et de porter de façon continue le masque », en ajoutant que nous ne sommes pas « confrontés directement à des malades », c’est proprement aberrant.

Dans mon commissariat, plusieurs collègues ont tous les symptômes. Ils sont tous confinés. Tout le commissariat a peur d’infecter ses proches. On sait qu’on va être contaminés, on se l’est tous dit à la brigade, mais on ne sait pas quand. On n’a pas le droit de retrait, on ne peut jamais rien dire, mais là, au vu des risques que la hiérarchie fait prendre à ses effectifs, il est hors de question que je reste en silence. Je vais continuer à aller bosser car mon métier c’est d’aider, de sauver les gens, mais il est inconcevable que je me taise vu les conditions dans lesquelles on travaille.

*Le prénom a été modifié

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Rafah sera la honte du monde » : à Paris, mobilisation contre le massacre des Palestiniens
Reportage 15 février 2024

« Rafah sera la honte du monde » : à Paris, mobilisation contre le massacre des Palestiniens

Alors qu’Israël a annoncé une offensive militaire imminente à Rafah, où sont déplacés 1,4 million de Palestiniens, un rassemblement a eu lieu le 14 février dans la capitale devant le ministère des Affaires étrangères pour appeler la France à agir.
Par Pauline Migevant
Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre
Maintien de l'ordre 15 février 2024

Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre

INFO POLITIS. Les forces de l’ordre vont bientôt être dotées de nouvelles grenades, dont deux au rayon des « assourdissantes ». Leur intensité sonore est susceptible de provoquer de graves séquelles. De plus, certaines projetteraient des fragments vulnérants. Politis a mis la main sur des informations exclusives… et inquiétantes !
Par Maxime Sirvins
« Arracher à une actrice des choses qu’elle n’a pas envie de donner est odieux »
Entretien 15 février 2024

« Arracher à une actrice des choses qu’elle n’a pas envie de donner est odieux »

À la suite des propos de Judith Godrèche, Axelle Ropert, réalisatrice et féministe, analyse les graves dysfonctionnements qui affectent le cinéma.
Par Christophe Kantcheff
Menacé d’expulsion, un homme atteint du VIH risque de ne plus pouvoir se soigner
Asile 14 février 2024

Menacé d’expulsion, un homme atteint du VIH risque de ne plus pouvoir se soigner

Visée par une OQTF, la personne pourrait être expulsée vers la République démocratique du Congo. Un pays où « il ne pourra pas bénéficier des soins et du suivi » nécessaires, estiment plusieurs associations mobilisées, pour lesquelles il s’agit d’une « mise en danger avérée ».
Par Chloé Dubois (collectif Focus)