Soirée commune Politis et Bastamag

Politis et Bastamag ont présenté le 28 février leur hors-série commun, « l’Atlas des alternatives municipales. Changeons la ville !», paru mi-février, et leurs projets de rapprochement pour un pôle de presse indépendant et progressiste.

Alimenter en idées d’alternatives et de politiques publiques innovantes les dizaines de listes « citoyennes » qui se lancent pour ces municipales 2020. C’est sur ce souhait que s’est achevée la soirée organisée par Bastamag et Politis. Les deux rédactions y présentaient leur hors-série commun, « l’atlas des alternatives municipales », paru mi-février. Celui-ci raconte plusieurs expérimentations inspirantes menées par des communes en faveur de la transformation écologique et sociale.

Environ 80 personnes ont participé à cette soirée-débat. Les deux directeurs de publication, Pouria Amirshahi (Politis) et Eros Sana (Bastamag) ont d’abord exposé la dynamique de rapprochement entre nos deux titres, dont l’objectif est de renforcer un pôle de presse indépendant et progressiste, à l’heure de la mal-info en continu. Cette dynamique est destinée à s’ouvrir à d’autres médias. Sophie Chapelle, journaliste à Basta !, a ensuite décrit les politiques locales originales menées par le maire écologiste de Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais). Cette commune était, il y encore trente ans, économiquement, socialement et culturellement totalement dépendante de l’extraction du charbon. Elle fait aujourd’hui partie des modèles à suivre en matière de transition écologique. Ailleurs, au large de la Bretagne, les îles du Ponant tentent également de sortir des énergies fossiles pour satisfaire leurs besoins en électricité, comme l’a expliqué Patrick Piro (Politis).

Autre initiative remarquable : la première coopérative d’habitants pour personnes vieillissantes en France s’est ouverte à Vaulx-en-Velin, une banlieue populaire de Lyon. Béatrice et Frédéric Jean, qui y résident, sont venus raconter comment cette belle alternative, qui regroupe une vingtaine de retraité·es, a pu se construire. Plus au sud, de très petites communes rurales des Alpes-de-Haute-Provence parviennent, malgré des budgets réduits à portion congrue, à recréer des activités économiques, porteuses de sens. Isabelle Bourboulon, journaliste et militante d’Attac, a expliqué comment.

Ce retour du « municipalisme », hérité des courants de pensées socialistes et libertaires du siècle dernier, ouvre des perspectives intéressantes en matière de leviers d’actions et de renouveau démocratique, face aux défis sociaux et climatiques, estime l’économiste Thomas Coutrot (Attac). À condition que cette « relocalisation » politique se préserve de la tentation du repli sur soi nationaliste.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.