Sanctuarisons les aides à la culture sur les territoires

Un collectif de douze structures culturelles et artistiques de la Nièvre répond à l'injonction  de « réinventer la culture », loin d'être une nouveauté.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Nous avons entendu l'appel du président de la république à réinventer la culture. Nous répondons présents, parce que la culture nous l'inventons déjà depuis des décennies sur notre territoire, comme ça se fait partout ailleurs dans les campagnes, pour palier à l'éparpillement et au vieillissement des populations, au manque de moyens et à la destruction des services publics.

Nous travaillons et mettons en place des médiations culturelles avec tous les publics, quels que soient les âges, handicaps, origines sociales ou géographiques.

Nous collaborons avec les écoles, centres sociaux, établissements pour handicapés ou pour nos anciens, autres associations culturelles ou non…

Nous mettons en place des ateliers, rencontres, stages, sorties de résidences, spectacles, festivals…

Nous inventons et créons de nouveaux lieux de rencontres artistiques quand il n'y en a pas ; une ferme, chez l'habitant, des lieux associatifs, les espaces publics... aidés et soutenus par de nombreux de bénévoles.

Donc oui, nous sommes prêts à inventer la culture post déconfinement, et nous y réfléchissons d'ailleurs depuis que nous avons dû annuler la plupart de nos événements.

Mais nous ne pourrons pas le faire sans aide.

C'est pourquoi nous demandons à l’État, aux Régions, aux Départements, aux Communautés de Communes et aux Communes de sanctuariser sur nos territoires les aides prévues pour tous les événements annulés, le temps que nous proposions de nouveaux projets collectifs et adaptés pour le reste de la saison. Sinon nos villages ne vivront pas une année culturelle blanche, mais une année noire, comme un grand trou noir.

Soutenez-nous, en maintenant ces aides sur nos territoires. On nous annonce déjà qu'une partie pourrait être utilisée pour aider au RSA ou acheter des masques ou... Oui à la solidarité ! Mais pourquoi dépouiller le déjà si riquiqui budget de la Culture ? Moins de 1% du budget national et encore moins quand on descend jusqu'à nos territoires.

Sauver la saison culturelle c'est payer des salaires à des compagnies, à des artistes, à des techniciens, c'est sauver des structures ou des entreprises liées au spectacle, et c'est aussi soutenir les commerces et artisans locaux ainsi que le tourisme (on demande de prendre des vacances "localement", devrons-nous tenter de séduire drapés uniquement de nos vieilles pierres et de nos paysages ?).

En ces temps de risque de repli sur soi, de recroquevillement, sauver la saison culturelle c'est surtout permettre à chacun de rêver, de s'enrichir, de s'ouvrir aux autres, de s'émerveiller, de partager, de vivre ensemble…

Soutenez-nous et faites-nous confiance, nous les Cultivacteurs et toutes les structures, compagnies et collectifs qui irriguent nos campagnes, pour être cette fois encore créatifs.


Les Cultivacteurs est un collectif de 12 structures culturelles et artistiques actives sur la communauté de communes rurale de Tannay-Brinon-Corbigny dans le nord de la Nièvre (58 communes pour 9500 habitants : la population d'une petite ville de banlieue sur une surface 150 fois plus grande) :

A vrai dire Collectif

Cie Alfred Alerte

Cie Déviation

Dyslexcirque

Festival des Balkans

La transverse

Les alentours rêveurs

Les fêtes musicales de Corbigny

Les heures festives de Monceau-le-comte

Les petites Rêveries

Stormbox-Records

TéATr’éPROUVèTe


Haut de page

Voir aussi

Articles récents