Jean-Philippe Charbonnier : L’œil grand ouvert

À Montpellier, le Pavillon populaire met en lumière l’œuvre de Jean-Philippe Charbonnier, photographe méconnu au regard vif et saisissant.

Comptant parmi les principaux lieux consacrés à l’art photographique en France, le Pavillon populaire, situé au centre de Montpellier, se distingue par l’originalité et la densité de ses expositions, toutes en accès libre. Intitulée Jean-Philippe Charbonnier. Raconter l’autre et ailleurs (1944-1983), l’exposition actuelle invite à découvrir un photographe français peu connu du grand public et pourtant considéré comme l’un des représentants majeurs de la photo humaniste, aux côtés de Robert Doisneau, Willy Ronis ou encore Henri Cartier-Bresson.

Né en 1921 et mort en 2004, Jean-Philippe Charbonnier a traversé presque tout le XXe siècle en gardant l’œil vif, toujours à l’affût, le plus longtemps possible. «Les photos ne vous attendent pas. On est photographe d’une manière permanente, de l’intérieur», disait-il. Venu par hasard à la photo durant son adolescence, il s’est formé sur le tas, alternant plateau, studio et reportages sur le terrain.

Il reste 63% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents