« Honeyland » : Le miel de la discorde

Honeyland brosse le portrait tout en finesse d’une apicultrice macédonienne confrontée à l’industrialisation, tout en martelant un message écologique universel.

Hatidze Muratava marche à travers les steppes, grimpe sur les troncs d’arbre, escalade les montagnes, traverse les rivières façonnant les paysages de Macédoine du Nord. Elle n’a pas peur de la nature, elle vit en harmonie avec elle. Hatidze est l’une des dernières apicultrices traditionnelles -d’Europe, et on la découvre évoluant à flanc de montagne pour atteindre ses ruches naturelles creusées dans la roche. Armée d’un enfumoir rempli de bouse, elle manipule tranquillement les abeilles à mains nues, en chantant pour les apaiser et extraire les rayons remplis de miel scintillant. « Moitié pour moi et moitié pour toi. On prend juste ce qu’il nous faut », répète-t-elle joyeusement à chaque récolte. C’est son secret : ne pas exploiter à outrance ses amies volantes et bourdonnantes mais travailler avec elles.

Honeyland n’est pas un film sur la fabrication du miel dans les Balkans mais une immersion quasi naturaliste dans le quotidien d’Hatidze, vivant depuis plus de cinquante ans dans ce hameau sans eau courante, ni électricité, ni présence humaine :

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents