Dans les Ehpad, « les résidents se laissent mourir »

Les personnes âgées vivent un isolement psychologiquement éprouvant, et le personnel soignant, épuisé et en sous-effectif, s’alarme de la deuxième vague.

Tania Kaddour-Sekiou  • 4 novembre 2020 abonné·es
Dans les Ehpad, « les résidents se laissent mourir »
© Nicolas Liponne /AFP

Plus que tout, les Ehpad craignaient un reconfinement généralisé, qui aurait eu un impact terrible sur les personnes qui y vivent. « Les à-côtés du Covid sont aussi dangereux que le Covid lui-même. Les résidents qui ne voient plus leurs proches n’ont plus d’objectifs et se laissent mourir », constate Michel Brousse, président de l’Union des familles et amis des personnes âgées (Ufapa). Malgré l’annonce du confinement, les visites en Ehpad seront donc toujours autorisées. « Une très bonne chose », selon lui, même s’il précise que la décision reviendra in fine aux directeur·trices en fonction des capacités de leur établissement. « Les familles ont besoin de se voir, mais il faut que les gestes barrières soient respectés », ajoute Michel Brousse.

Christian Dumas, aide-soignant et représentant CGT, est plus inquiet face à cette décision. Il y voit « une charge supplémentaire de travail alors que le personnel est épuisé et en sous-effectif constant ». Il ajoute : « Nous avons peur que les familles apportent le virus. 

Lors de la première vague épidémique, les résident·es étaient privé·es de vie sociale et isolé·es : confiné·es en chambre, sans accès aux pièces communes, sans visites de leurs proches, ils

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Santé
Temps de lecture : 6 minutes

Pour aller plus loin…

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc