Malle américain

Pauline Guedj publie un essai passionnant sur les films du cinéaste tournés aux États-Unis.

Depuis la mort de Louis Malle, il y a vingt-cinq ans, le temps a passé et son œuvre s’est appauvrie. Plus exactement, notre regard sur elle s’est réduit aux quelques films encore régulièrement diffusés : Ascenseur pour l’échafaud (avec la musique de Miles Davis), Lacombe Lucien, Au revoir les enfants et Milou en mai. C’est à peu près tout. Le livre que notre collaboratrice Pauline Guedj consacre au cinéaste enrichit notre vision. Expatriée elle-même à New York, elle s’est intéressée aux films de la période…

Il reste 71% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

En bonne voix

Médias
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.