Dossier : Martin Winckler : « La médecine française est violente »

L’IVG, toujours un parcours de combattantes

Cinquante ans après la publication du « Manifeste des 343 », qui fut un pas essentiel vers la légalisation de l’avortement, ce droit demeure fragile en France.

Depuis sa légalisation en 1975, le droit à l’avortement s’est enrichi de lois pour faciliter sa mise en œuvre. En 2001, la loi Aubry supprime l’autorisation parentale pour les mineures ; en 2016, l’Assemblée nationale vote une mesure supprimant le délai de réflexion de sept jours. Seulement, « à force de penser que “tout va bien”, on assiste à des reculs nets dans ce domaine », dénonçaient, en 2012 déjà, 45 associations féministes dans Mais qu’est-ce qu’elles veulent encore ! (Les Liens qui libèrent). Un manifeste qui examinait les fausses évidences. « C’est plus simple d’avoir un rendez-vous pour un avortement que pour un opticien aujourd’hui en France », juge ainsi -Adélaïde Pouchol, porte-parole de la « Marche pour la vie ». En réalité, l’accès à l’IVG n’est pas « extrêmement simple », au contraire.

« C’est vraiment un parcours de la combattante de faire une IVG en France en 2021 », insiste Fabienne El-Khoury, porte-parole d’Osez le féminisme. Dans certains territoires confrontés aux déserts médicaux, l’accès y est limité. Une inégalité amplifiée par la pandémie de Covid-19 et les mesures de confinement. La fermeture de 8 % des centres pratiquant l’IVG en dix ans n’a pas aidé. « Les hôpitaux les ferment en premier lieu car il s’agit d’un acte médical peu valorisé ou peu rentable, qui tient parfois seulement à une poignée de professionnels de santé pro-choix », explique la militante. Certains médecins refusent encore de pratiquer l’IVG au nom de la « double clause » de conscience (1). « La supprimer -permettrait de déstigmatiser cet acte médical et d’affirmer que l’IVG fait partie du parcours des femmes, estime Sarah Durocher, coprésidente du Planning familial. Rappelons qu’en France une femme sur trois y a recours au moins une fois au cours de sa vie. »

Rester vigilant

Bien qu’acquis, ce droit n’est pas gravé dans le marbre.

Il reste 77% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.