Dossier : Présidentielle : L’union de la gauche à l’heure des bras de fer

Présidentielle : L’union de la gauche à l’heure des bras de fer

À l'approche de 2022, les appels se multiplient, les obstacles aussi.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


À tout juste un an de la prochaine élection présidentielle, alors que la menace d’un nouveau duel Macron-Le Pen au second tour n’a jamais semblé aussi évidente, voici que refont surface les sempiternels débats sur l’union de la gauche. Samedi 17 avril, à l’initiative de Yannick Jadot, une première réunion a lancé les grandes manœuvres. Et révélé au grand jour les agendas et les stratégies bien différentes des partis politiques engagés dans ces discussions. Comme souvent, les appels qui se multiplient en faveur du rassemblement n’ont d’égal que les obstacles qui se dressent sur son chemin. À moins que la société civile, absente de cette première partie, ne parvienne cette fois à imposer sa voix au cœur de la bataille. C’est tout le sens de la démarche de « 2022 ou jamais », une plateforme qui travaille depuis plusieurs semaines à la possibilité d’une véritable candidature commune. Alors qu’un appel à une grande primaire citoyenne doit être lancé dans les prochains jours, Politis vous en dévoile les coulisses. Et donne la parole à Benoît Hamon pour décrypter l’enjeu des rapports de force actuels.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.