« Si le vent tombe », de Nora Martirosyan : Sur la terre comme au ciel

Si le vent tombe, de Nora Martirosyan, tourné en 2018, témoigne de la ténacité de la population du Haut-Karabakh.

Un aéroport en plein milieu de nulle part, d’où aucun avion ne s’est jamais envolé. Nous sommes dans le Haut--Karabakh, en 2018. Un spécialiste français, Alain Delage (Grégoire Colin), arrive sur place pour vérifier les normes de sécurité dans la perspective d’une ouverture prochaine. Un acte essentiel pour ce petit pays autoproclamé indépendant il y a une trentaine d’années mais encore reconnu par aucun État membre de l’ONU.

Voilà résumée l’intrigue de Si le vent tombe. On pourrait trouver cela étique. Pourtant, ce premier long métrage de Nora Martirosyan est passionnant parce qu’il rend sensibles des questions abstraites.

Il reste 75% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.