Vaccins : Une levée des brevets pour la forme

Emmanuel Macron s’y est dit favorable, dans la foulée de Joe Biden.

Politis  • 12 mai 2021
Partager :
Vaccins : Une levée des brevets pour la forme
© Antonio Masiello / GETTY IMAGES EUROPE / Getty Images via AFP

C’est un revirement pour le moins spectaculaire. Le 6 mai, Emmanuel Macron s’est dit « tout à fait favorable à ce que la propriété intellectuelle soit levée » sur les vaccins contre le Covid-19. Une surprise, alors qu’il s’y était toujours refusé. La raison de ce tête-à-queue ? Les déclarations de Joe Biden qui, la veille, s’est dit en faveur d’une « levée temporaire des brevets » détenus par les laboratoires des pays riches. Une sortie d’autant plus surprenante que, la veille encore, l’OMC avait échoué à trouver un accord sur la question malgré les demandes répétées d’une coalition de 80 pays emmenés par l’Inde et l’Afrique du Sud. Déjà en mars, les États-Unis, la France et l’Allemagne s’y étaient opposés.

Mais ce nouvel élan de solidarité sous impulsion américaine s’effectue à peu de frais alors que la patrie de Pfizer et de Moderna a déjà vacciné près de 50 % de sa population et bloque jusqu’à présent toute exportation de doses. À l’inverse, les Européens ont beau jeu de rappeler que l’Union européenne a pour sa part exporté la moitié des doses produites sur son sol, soit quelque 200 millions. Surtout, il n’est pas garanti qu’une levée des brevets permettrait d’accroître à court terme les capacités de production, qui tournent déjà à plein régime. De nombreux pays disposent certes d’une industrie mobilisable. C’est le cas de l’Afrique du Sud, de l’Inde, du Brésil, mais aussi du Pakistan, de l’Égypte, du Maroc ou encore du Sénégal. Mais les transferts de technologie, qui ont déjà commencé sous forme de partenariats entre labos, prendront des mois et des tensions risquent de se faire sentir sur certaines matières premières.

Si l’on doit se féliciter que tout le monde reconnaisse désormais la nécessité d’une stratégie vaccinale à l’échelle mondiale, on peut se demander si la meilleure solution ne reste pas le mécanisme Covax, sous l’égide de l’OMS, qui n’avait distribué que 50 millions de doses fin avril (pour un objectif de 500 millions au premier semestre) en raison… du nationalisme vaccinal des pays riches.

Société Santé
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé
Mobilisation 11 juin 2024

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé

Les organisations syndicales veulent poursuivre l’esprit unitaire de la bataille des retraites, conscientes, comme la société civile, que le combat ne fait que commencer jusqu’aux législatives.
Par Hugo Boursier
Kylian « Megalopolis » Mbappé
Sport 4 juin 2024 abonné·es

Kylian « Megalopolis » Mbappé

L’attaquant français rejoint logiquement le Real Madrid au terme d’un exercice de communication parfaitement maîtrisé. Le capitaine des Bleus est un des Français les plus médiatiques et influents aujourd’hui, ce qu’Emmanuel Macron a bien compris.
Par Nicolas Kssis-Martov
« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître