Accidents industriels : Un cocktail de risques toujours explosif

Vingt ans après AZF et deux ans après Lubrizol, les leçons n’ont pas été tirées par les autorités, estime un collectif qui se mobilise pour organiser l’autodéfense de la population.

Vanina Delmas  • 22 septembre 2021 abonné·es
Accidents industriels : Un cocktail de risques toujours explosif
© Eric Cabanis/AFP

Il y a vingt ans, le 21 septembre 2001, à 10 h 17, un hangar de l’usine AZF de Toulouse contenant 300 tonnes de nitrate d’ammonium explosait. La catastrophe a fait 31 morts et 22 000 blessés. Dans la nuit du 26 septembre 2019, un incendie se déclarait dans l’usine chimique Lubrizol, à Rouen. Un gigantesque panache de fumée noire s’est étendu sur 22 kilomètres, des odeurs nauséabondes ont perduré pendant plus d’un an. Aucune victime mais, deux ans plus tard, les habitant·es s’inquiètent des conséquences de l’accident sur leur santé et l’environnement.

La mémoire collective française a été marquée par ces actualités, mais celles-ci

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 6 minutes