Électricité : Les caprices du marché

L’oeil de Politis sur l’actualité de la semaine en bref.

Politis  • 29 septembre 2021
Partager :

Le mécanisme servant à fixer le prix de l’électricité est tellement abracadabrantesque que le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, a été forcé de reconnaître son « aberration » (Public Sénat, 24 septembre). Et pour cause, la hausse prévisible de l’électricité, estimée à 10 % début 2022 par UFC Que choisir, serait principalement due à la hausse du gaz (+ 44 % depuis janvier). Explication : sur le marché de l’électricité, que l’Europe s’acharne à organiser depuis trente ans pour installer une concurrence fictive, le prix du mégawattheure fluctue selon celui des matières premières servant à faire tourner les centrales. Et nos voisins carburent en partie au gaz, alors que la France s’éclaire principalement grâce à de l’uranium et de l’eau. Cette absurdité fait tiquer le pouvoir en période de cherté, mais on attend toujours ses conclusions quant aux bienfaits supposés de la sacro-sainte concurrence.

Brèves
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don