Eric Mingus : Une voix d’ogre

Nouvel album sombre et hanté pour Eric Mingus, qu’il est plus que temps de découvrir.

On n’évoque pas à la légère le nom de Mingus, contrebassiste, compositeur, immense figure de l’histoire du jazz et militant de la cause noire. Car on pense forcément à Charles quand on parle de Mingus. Il en existe pourtant un autre. Son fils Eric qui, après plus de vingt ans de carrière et une dizaine d’albums, mérite également que l’on s’intéresse à lui.

La sortie de The Devil’s Weight en offre une excellente occasion. Prévenons tout de suite que l’on ne retrouve pas tout à fait dans la musique du fils ce qui a fait la marque de fabrique du père. En termes de filiation musicale, on serait plus proche de Screamin’ Jay Hawkins, surtout sur les morceaux électriques qui parsèment ce disque sans pour autant le résumer. Car Eric Mingus est avant tout un chanteur, et la voix son instrument de prédilection.

Il reste 67% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.