« L’Amour la mer », de Pascal Quignard : La beauté potentielle des choses

Avec L’Amour la mer, Pascal Quignard revient au roman et au baroque, offrant une composition virtuose.

Cinq ans après Dans ce jardin qu’on aimait (Grasset), Pascal Quignard revient au roman. Oh ! pas de façon conventionnelle. On est loin, avec L’Amour la mer, des petites marqueteries calibrées et interchangeables qui inondent les librairies. Ce virtuose du fragment n’a pas tissé une narration d’une plate linéarité, mais joue avec la temporalité et la géographie. Une date, tout de même, est au centre du réacteur : 1652. Période violente, heurtée où se cumulent les guerres de religion, la Fronde et la peste.…

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.