Sirom : Voyage intérieur

Le quatrième album du trio slovène Sirom tisse un univers singulier, onirique et hors du temps.

Entrer pour la première fois dans le monde de Sirom n’a rien d’une aventure banale. D’autant que rien n’y prépare si on n’a pas pris soin de chercher au préalable quelques informations sur le groupe, informations par ailleurs assez rares. Pas plus la pochette de ce nouvel album, tout juste inquiétante, que son titre, Le Trône liquéfié de la simplicité, ou celui du morceau d’ouverture, « Une superstition flétrie engagée en copulation », qui confirment seulement une persistante singularité dans l’inspiration…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.