Les casseroles de la Macronie

Sur 556 candidat·es investi·es par le parti d’Emmanuel Macron, une centaine trainent des affaires ou prises de position gênantes.

Maxime Sirvins  et  Mélodie Taberlet  et  Louis Heinrich  et  Yann Mougeot  • 24 mai 2022 abonné·es
Les casseroles de la Macronie
© Ludovic MARIN / AFP

Le renouveau et l’exemplarité revendiqués par le parti présidentiel depuis sa création et ses alliés d’Ensemble ! ne seront pas de mise pour les prochaines législatives. La coalition a officiellement investi 556 candidats pour les scrutins des 12 et 19 juin prochains, laissant tactiquement vacantes une vingtaine de circonscriptions. À l’image de la cinquième de l’Ain, cédée à Damien Abad, accusé de viol par deux femmes. Le nouveau ministre n’est pas le seul membre du gouvernement à postuler malgré des démêlés judiciaires. Parmi les autres candidatures : celle de Gérald Darmanin, mais aussi d’Olivier Dussopt, ministre du Travail, actuellement visé par une enquête du parquet national financier pour corruption et prise illégale d’intérêts.

Derrière la médiatisation des affaires Peyrat et Solère, qui ont dû renoncer après les polémiques autour de la condamnation du premier et des mises en examen du second, bien d’autres casseroles sont traînées, mais avec moins de résonances médiatiques. Conflits d’intérêts, fraudes, positions sexistes, homophobes et racistes, accointances avec des régimes autoritaires… Une centaine de candidats cochent au moins une case de ce triste palmarès, principalement parmi les 277 députés sortants. Soupçonnés ou condamnés, ils n’en ont pas moins été

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian