Les casseroles de la Macronie

Sur 556 candidat·es investi·es par le parti d'Emmanuel Macron, une centaine trainent des affaires ou prises de position gênantes.

Le renouveau et l’exemplarité revendiqués par le parti présidentiel depuis sa création et ses alliés d’Ensemble ! ne seront pas de mise pour les prochaines législatives. La coalition a officiellement investi 556 candidats pour les scrutins des 12 et 19 juin prochains, laissant tactiquement vacantes une vingtaine de circonscriptions. À l’image de la cinquième de l’Ain, cédée à Damien Abad, accusé de viol par deux femmes. Le nouveau ministre n’est pas le seul membre du gouvernement à postuler malgré des démêlés judiciaires. Parmi les autres candidatures : celle de Gérald Darmanin, mais aussi d’Olivier Dussopt, ministre du Travail, actuellement visé par une enquête du parquet national financier pour corruption et prise illégale d’intérêts.

Derrière la médiatisation des affaires Peyrat et Solère, qui ont dû renoncer après les polémiques autour de la condamnation du premier et des mises en examen du second, bien d’autres casseroles sont traînées, mais avec moins de résonances médiatiques. Conflits d’intérêts, fraudes, positions sexistes, homophobes et racistes, accointances avec des régimes autoritaires… Une centaine de candidats cochent au moins une case de ce triste palmarès, principalement parmi les 277 députés sortants. Soupçonnés ou condamnés, ils n’en ont pas moins été investis par la Macronie sous la supervision d’Emmanuel Macron. Les informations les concernant n’ont tout de même pas toutes pu se perdre, comme les signalements visant Damien Abad. Parues dans la presse régionale et nationale, elles restent disponibles pour chacun en quelques clics.

Un dernier critère n’a visiblement pas été retenu pour l’évaluation des profils : l’activité parlementaire des sortants. D’après les chiffres collectés, une centaine d’entre eux se montrent frileux à l’idée d’occuper les bancs de l’institution, d’intervenir en commission ou d’émettre des propositions de loi.

Il reste 73% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.