« As Bestas », de Rodrigo Sorogoyen : Pas de chez nous

Rodrigo Sorogoyen met en scène un couple de cultivateurs français installés en Galice en butte à l’hostilité des locaux. Un film rugueux.

Aux premières images, l’impression s’installe d’être en présence d’une terre profondément espagnole : au gré d’une rude chorégraphie, des chevaux sont immobilisés par des aloitadores (des lutteurs à mains nues) afin de pouvoir couper leur crin. Nous utilisons sciemment l’expression « une terre profondément espagnole », mais que pourrait-elle signifier ? Les deux frères Anta semblent le savoir, eux qui ne cessent de reprocher à Antoine (Denis Ménochet), Français installé dans ce coin de Galice, de venir d’ailleurs. De ne pas en être un authentique habitant. Ils sous-entendent qu’il ne peut y jouir des mêmes droits qu’eux.

Or, quelque temps auparavant, Antoine et sa compagne, Olga (Marina Foïs), qui développent leur exploitation agricole bio et restaurent des maisons abandonnées dans la perspective d’un repeuplement de cette campagne, se sont opposés à un projet d’installation d’éoliennes.

Il reste 66% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.