La droite au plus haut, la gauche au plus bas

Participation massive, reflux de l’extrême droite mais aussi de la gauche sont les principales clefs d’un scrutin où la droitisation conduit à une course au centre, dont la gauche antilibérale fait les frais.

Les soirées électorales de premier tour sont des moments particuliers. Rien n'est vraiment joué, mais tout n'est déjà plus possible. Après des décennies de hausse de l'abstention, le très fort taux de participation enregistré dimanche est une première donnée. Avec 83,8 %, il flirte avec les records des présidentielles de 1965 et 1974. Et confirme l'intérêt des Français pour ce scrutin, que laissait déjà pressentir l'exceptionnel mouvement d'inscription sur les listes électorales fin 2006. Cet engouement,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.