Société de consolation

Dans « Tous les enfants sauf un », Philippe Forest revient sur la mort de sa petite fille, dix ans après. Pour dire à quel point la société lui dénie son désespoir.

C'est le livre recommandé par Sylvie Gomez, de la libraire Folies d'encre. Un choix magistral. Il est difficile d'employer des superlatifs sans tomber dans le langage promotionnel. Alors, pesons nos mots : Tous les enfants sauf un , de Philippe Forest, est un livre dérangeant. Après l'Enfant éternel et Toute la nuit , ses deux premiers romans, qui racontaient, dans des styles différents, la mort de sa petite fille Pauline, fauchée à 4 ans par un cancer, Philippe Forest y revient. Son objet n'est plus le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.