Une réalité têtue

Il est doux parfois de chercher le réconfort dans l'histoire. Après tout, ce ne sera pas, dimanche, le premier désastre électoral de la gauche. Elle en a connu, des naufrages ! Elle en a traversé, des déserts ! Elle s'en remet généralement plus vite que prévu. La victoire de 1997 a suivi la bérézina de 1993. Six ans après l'élection de la « peur », celle de juin 1968, le candidat socialiste était au coude à coude avec son rival de droite. Et, puisqu'on nous promet une nouvelle « Chambre bleu horizon »,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.