États et multinationales

Il n'est pas nécessaire de noircir le tableau pour décrire la vie quotidienne de « Pascal L. » dans un monde soumis aux exigences de l'Accord général sur le commerce des services (AGCS). La fiction sur laquelle s'ouvre L'AGCS, quand les États abdiquent face aux multinationales donne une idée de ce que serait une libéralisation de tous les secteurs de services, objectif de cet accord international régi par l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Les auteurs montrent que les élus ont souvent du mal à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.