« Mettre fin à l’hystérie anti-cubaine »

Selon Ignacio Ramonet, qui signe
un livre d’entretiens avec Fidel Castro,
le retrait forcé de
ce dernier pourrait faciliter une résolution douce
du conflit qui oppose Cuba aux États-Unis.

L'hospitalisation de Fidel Castro, il y a un an, et alors qu'il n'est toujours pas réapparu en public, semble servir une troisième voie pour la transition politique à Cuba, que la plupart des observateurs voyaient déclenchée par la mort de Castro ou par son renversement... Ignacio Ramonet : En effet, l'arrivée au pouvoir de son frère Raúl Castro, si elle n'est pas une surprise, a été permise par une circonstance imprévue. Aujourd'hui, bien qu'il en ait encore la fonction, Fidel Castro n'est plus, en…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.