Discours de raison

On aurait grandement tort de mettre tous les missionnés de Nicolas Sarkozy dans le même sac. S'il n'y a plus grand-chose à dire d'Éric Besson, traité sans trop d'égards par cette droite qu'il a ralliée avec armes et bagages pendant la campagne électorale (son rapport sur la TVA sociale a été jeté aux orties avant même qu'il l'eût remis) ; et s'il y a tout à craindre de Michel Rocard, invité à participer à un comité de « revalorisation » (sic) de la fonction enseignante précédé de l'annonce de onze mille…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.