La vie est une goutte suspendue

Christian de Rabaudy pourrait sortir d'un livre de Raymond Queneau ou de Boris Vian. Un de ces personnages qui créent une drôle de poésie avec le quotidien le plus prosaïque. Sauf qu'en outre Christian de Rabaudy est atteint de diabète, terriblement atteint, au point qu'il se désigne lui-même comme un « diabétique professionnel » . Au départ, le réalisateur Hormuz Kéy était venu voir Christian de Rabaudy pour une autre raison que de le filmer jusqu'à sa mort. Mais « la vie est une goutte suspendue » et, en…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.