L'inquiétude de Balladur

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Tout arrive ! Édouard Balladur (UMP) s'est inquiété lundi, sur RTL, « des dérives du libéralisme » à propos de l'affaire de la Société générale, estimant qu'elle traduit « un dérèglement grave du système bancaire auquel il faut remédier » . Néanmoins, que l'on ne méprenne pas, c'est parce qu'il est « libéral » que l'ancien Premier ministre s'inquiète « car , selon lui, la liberté doit être toujours contrôlée, organisée et les déviations doivent être sanctionnées, sans quoi c'est la loi de la jungle et pas le libéralisme » . La distinction est subtile.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.