Une chance à saisir

Mudhoney perpétue l’esprit du mouvement grunge. En témoigne un nouvel album, « The Lucky Ones », intense et brûlant.

Ce n’est sûrement pas en pensant à son propre parcours que Mudhoney a intitulé son nouvel album The Lucky Ones, «les Chanceux». Si ce groupe, dont le nom est emprunté à un film de Russ Meyer, est aujourd’hui le seul rescapé des années grunge, il le doit moins à la chance qu’à une certaine persévérance et à un talent évident. Moins connu que Pearl Jam ou Soundgarden, sans parler évidemment de Nirvana, Mudhoney a toujours été un peu à part musicalement, dans sa façon de mélanger la dureté des mouvements…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.