Tigre de papier

str/AFP Le paysan qui a dit qu’il avait vu le tigre de Chine méridionale mentait. L’affaire a tenu le pays en haleine pendant huit mois : les photos rapportées « au péril de sa vie » étaient bidonnées, le faussaire vient d’avouer. L’espèce, dont il ne restait peut-être plus qu’une trentaine d’individus il y a dix ans, est probablement éteinte : en Chine, la pharmacopée à base d’organes de tigre vaut de l’or. Mais, même disparu, le tigre conserve une excellente valeur marchande : des autorités forestières…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.