Le pollueur, c’est toujours l’autre !

Le recours aux taxes vertes reflète en partie l’échec de la prise
de conscience écologique de la majorité des Français : ils approuvent par principe les gestes écolos mais ne s’estiment pas concernés.

Le principe pollueur-payeur, aujourd’hui rebaptisé bonus-malus, a été inventé en France par la loi de 1964 sur l’eau. Il s’agissait, et s’agit toujours, d’inciter les industriels à moins polluer sous peine de verser une redevance proportionnelle au dépassement de la norme de pollution fixée par la loi. Avec le temps, le taux de la taxe a été de moins en moins dissuasif, et cette redevance, entrée dans les mœurs industrielles, s’est progressivement transformée en « droit à polluer ». Ce qui explique sans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.