L’horrible doute

À une semaine de l’échéance, faut-il tenir pour acquise la victoire de Barack Obama ? Si l’on devait se fier aux sondages, le doute ne serait guère permis. Et pourtant, quelque chose d’obscur nous invite encore à l’incrédulité. C’est cette part d’irrationnel et d’inavouable qui gît au fond de l’inconscient humain et que l’on nomme le racisme. Si Obama perd, il n’y aura pas d’autre explication possible que la couleur de sa peau. Car sa campagne a été aussi remarquable que celle de McCain a été calamiteuse.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.