Réflexion sur la diversité

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


« Qu’est-ce que la diversité ? » , a lancé Dominique Bromberger, journaliste à France Inter, lors du colloque organisé par l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), le 12 novembre à Paris. Derrière l’intitulé de cette rencontre – « Diversité et rayonnement de la France » –, la volonté de revenir sur une question que l’élection de Barack Obama, le désaveu de « la Marseillaise » dans un stade ou le retour du débat sur les lois mémorielles rendent brûlante.
S’il a beaucoup été question du Président américain le matin, l’après-midi a démarré avec des échanges reliant la réflexion sur la diversité à celle sur « l’identité française » , ou plutôt « les identités » . En France, « “diversité” renvoie à une panoplie de sens et regroupe origines, genres, différences socio-économiques, religieuses, d’âge, de handicap… » , a résumé Junko Takagi, cotitulaire de la chaire « diversité et performance » à l’Essec. Selon elle, la diversité à la française souffre d’un manque « d’identité sociale », tandis qu’aux États-Unis elle s’applique « aux différences ethniques et/ou raciales ».

« On est quand même dans une phase d’ethnicisation de la diversité » , a objecté Vincent Geisser. Politologue et chercheur à l’Iremam, il a déploré que la diversité, « utilisée à tout va » par les pouvoirs publics, ne témoigne pas d’une prise en compte des discriminations et vienne masquer des effets pervers. Exemple : « l’assignation communautaire » dont pâtissent certains, ou cette « diversité exotique » ou « cosmétique » qui se répand sans qu’on modifie réellement les modes de représentation, notamment politique. Président de l’Association pour la promotion et la défense des cultures asiatiques, Félix Wu a expliqué qu’il s’était porté candidat aux municipales à Paris parce « qu’il y avait un manque dans la représentation de la diversité en France entre Fadela Amara et Rama Yade… ». Tandis qu’il proposait d’instaurer une « politique de quotas » permettant de former les candidats à l’immigration et de leur offrir un système de « droits progressifs » , Vincent Geisser rétorquait que le problème n’était pas seulement les politiques migratoires mais le fait que les Français « issus de l’immigration » soient encore considérés comme « immigrés » . « Quand on est membre du PS depuis vingt ans, à 47 ans, est-on encore un « jeune militant beur » ? », a-t-il grincé. D’après lui, l’identité française a été « manipulée », il serait donc temps d’en venir à l’autocritique, aux cours sur la mémoire, et surtout au non-cumul des mandats, qui permettrait de renouveler les représentants des citoyens.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.