Du Kouchnérisme

On passera rapidement sur l’aspect le moins ragoûtant de la récente sortie de Bernard Kouchner sur l’inutilité supposée d’un secrétariat aux Droits de l’homme ( « je regrette d’en avoir demandé la création » ) : ce côté coup de pied de l’âne à une collègue en semi-disgrâce 1 qui se trouve être, de surcroît, sa subordonnée – à qui donc il devrait, en principe, sa protection de suzerain. Mais lui-même est vassal… Telle est la Cour, ­telles sont ses mœurs, sous Nicolas Ier. Comme elle fut et comme elles…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.