Le temps, c’est pas de l’argent !

La frénésie du travail, qui envahit de plus en plus la sphère personnelle, entrave la réalisation de soi et soumet les individus au diktat de la consommation. Nombreux sont ceux qui se battent pour retrouver leur temps libre.

Le septième jour, il se reposa. Quoi qu’on pense du personnage, Dieu était verni. Le même, quelques milliers d’années plus tard, aurait été sommé de repartir au turbin par un petit président tout acquis à la cause du travail. Pour les ultralibéraux du XXIe siècle, chaque interstice de temps doit être rentabilisé, et les relations hu­maines doivent être occupées par les rapports marchands, au mépris du moment gratuit, consacré aux autres, à son développement personnel ou à des activités diverses. Ou à rien.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.