Le gris de l'errance

Un « Godot » magnifiquement éclairé par Bernard Lévy.

Dans sa route vers la parole rare et le silence, Beckett est encore très bavard dans En attendant Godot. On connaît l’histoire, ou plutôt l’absence d’histoire, remplacée par des énigmes et des errances. Face à l’attente immobile de Vladimir et Estragon, interrompue par le passage d’un maître et de son esclave tenu en laisse, le metteur en scène Bernard Lévy n’a pas voulu ruser avec les sévères indications scéniques de l’auteur. Tout est gris, sous une belle lumière de lune, dans ce décor de Giulio Lichner,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.