Turquie dans l'UE : « Plus d’avantages que d’inconvénients »

Didier Billion*, directeur adjoint de l’Institut de relations internationales et stratégiques, critique ici l’hostilité de Nicolas Sarkozy à l’entrée de la Turquie dans l’Europe.

Politis/La Turquie a-t-elle une légitimité géographique et politique à demander son intégration à l’Union européenne ? Didier Billion : D’un point de vue politique, la première chose que l’on doit rappeler, c’est que la demande de la Turquie de s’intégrer organiquement dans l’Union européenne date de très nombreuses années puisqu’il y a eu un accord d’association en 1963 entre la Turquie et l’ancêtre de l’Union européenne. Depuis lors, force est de constater que les Turcs ont fait preuve d’une certaine…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.