La trêve de La Rochelle

En acceptant des primaires ouvertes, Martine Aubry a repris la main. Mais ses propositions contre la politique gouvernementale manquent encore d’audace.

À la tribune, dimanche matin, Antoine Détourné avoue sa surprise. « On recommence à dire du bien de nous ! » La salle s’esclaffe. Comme le président des Jeunes Socialistes, la plupart des militants n’en reviennent pas, au moment de quitter La Rochelle, d’avoir enfin bonne presse. Ils craignaient que leur université d’été ne vire à la foire d’empoigne. Elle fut calme et studieuse. Conviviale aussi, insiste Martine Aubry pour s’en réjouir. Cette trêve, après l’interminable guérilla du congrès de Reims, des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.