La grève des chômeurs

Les précaires sont les exclus de la société, juste après les sans-papiers et les sans-logis. Ils sont les presque-pas-de-droits, hormis celui d’accepter des boulots éphémères et mal payés sous peine de perdre ce qui leur reste d’allocations. Entre deux CDD, ils ont le temps de réfléchir et d’inventer. Et c’est ce qu’ils font : « Nous avons besoin d’inventer ensemble une grève des chômeurs, une grève de tous les précaires. Nous appelons à commencer dès le 3 mai. » Ce mot d’ordre, ils ont choisi de le faire…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents