Dossier : Que reste-t-il de la culture ouvrière ?

Le “nous” contre le “eux”

Le sociologue Didier Eribon, auteur d’un ouvrage sur son héritage ouvrier*, nous livre sa vision d’une culture et d’un mouvement auxquels la gauche a tourné le dos, au nom de la « modernisation ».

Politis : Quelles étaient les grandes caractéristiques de la culture ouvrière? Didier Eribon : J’ai sans doute une vision particulière, dans la mesure où ma famille était très marquée par l’influence du Parti communiste. Ce que je peux dire ne serait pas vrai pour une famille ouvrière gaulliste. En tout cas, dans le monde où j’ai vécu les vingt premières années de ma vie, il y avait un fort sentiment d’appartenance à une classe sociale et d’opposition à tous ceux qui apparaissaient comme ses ennemis : les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.