Fukushima : l’illusion du contrôle

En moins de trois semaines, on a vu se fissurer la confiance affichée de l’exploitant japonais Tepco. De quoi relativiser quelques certitudes françaises.

Depuis le funeste 11 mars 2011, explosions, « breaking news » et panaches radioactifs sont suivis quasiment en direct par la planète. La gestion de la plus grave crise nucléaire depuis Tchernobyl serait-elle transparente ? Si le flux d’infos quotidien ne faiblit pas, leur qualité et leur véracité laissent à désirer. À tous les niveaux, les acteurs de la filière nucléaire ont tenté de minimiser la catastrophe. Au Japon bien évidemment, mais aussi en France, où le discours optimiste est relayé sans grande…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.