Une Renaissance mondialisée

Le sociologue Jerry Brotton souligne l’influence
de l’Orient sur l’Occident
aux XVe et XVIe siècles.

En ces temps de crise de la dette, on lit sans doute trop peu Thomas d’Aquin. Au XIIIe siècle, le théologien jugeait que « recevoir un intérêt pour l’usage de l’argent prêté est de soi injuste, car c’est faire payer ce qui n’existe pas » . Un fâcheux précepte pour nos marchés financiers ! Mais l’époque avait déjà ses hypocrisies. C’est parce que ni le christianisme ni l’islam ne voulaient donner à voir leur implication dans un système bancaire naissant qu’on sollicita les juifs pour servir…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.