Immigration blues

Le chanteur d’origine kabyle Akli D sort un troisième album engagé aux influences folk.

Akli D. a sorti trois albums en douze ans, ce qui est peu. Le chanteur guitariste, joueur de banjo, n’a pas vraiment cherché à profiter du parrainage de Manu Chao, qui en 2006 avait produit le deuxième, Ma Yela, pour donner un essor plus commercial et médiatique à une carrière commencée sur le parvis de Beaubourg, là où Akli D. faisait la manche au début de son exil. Plutôt que d’enregistrer régulièrement et de se concentrer uniquement sur sa musique, il a préféré « être présent partout où il y avait…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.