Fukushima, encore quarante ans

Les réacteurs accidentés semblent désormais sous contrôle, mais il faudra des décennies pour résorber les dégâts et nettoyer les zones contaminées. L’avenir du nucléaire nippon est remis en question.

Quinze jours avant le réveillon, les autorités japonaises se sont octroyé un petit cadeau : un communiqué satisfait qui décrétait l’accident de Fukushima techniquement « terminé ». C’est-à-dire que, dans les trois réacteurs où le combustible a fondu, la température est stabilisée depuis quelques semaines en dessous de 100 °C, inférieure au point d’ébullition de l’eau de refroidissement. Les risques de surchauffe sont réduits et les émissions radioactives en principe « sous contrôle ». Les réacteurs ont…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.